Commencer une collection

Le commencement

La Numismatique se subdivise en des milliers de domaines spécialisés et il est très difficile de savoir tout de suite quel sera celui auquel on sera le plus sensible et qui fera le plus plaisir. En règle générale, on commence une collection parce que, dans le tiroir, la cave ou le grenier, une vieille boîte a révélé ce qui, au premier abord, semble un trésor...

Première question donc, savoir ce que l’on a. Plusieurs pistes : rendre visite à un numismate professionnel, acheter un argus ou aller le consulter à Beaubourg dont le rayon de numismatique est très bien fait (lorsque l’exemplaire du Franc n’a pas été volé par un lecteur indélicat comme cela semble déjà s’être passé).

Selon que vos investigations vous montrent que vos monnaies, bien qu’historiquement intéressantes, ne sont ni rares ni chères ou, au contraire, que vous venez de retrouver les monnaies volées à la Bibliothèque Nationale en 1831 et que l’on croyait fondues, les suites vont être très différentes pour l’avenir de votre future collection.

Si vos monnaies, comme c’est presque toujours le cas, n’ont pas de cote bien élevée, vous savez maintenant ce qui vous manque pour avoir, par exemple, une pièce de chaque type depuis la création du franc. Si vous ne cherchez pas de conservations exceptionnelles ou les variantes rares, vous pourrez, pour un budget tout à fait raisonnable aligner sur un grand tableau de trois cent et quelques cases tout ce que nos ancêtres immédiats eurent dans leurs goussets de la Révolution à Jacques Chirac.

Si, par contre, les monnaies que vous avez retrouvées ont un intérêt quelconque, financier ou non, il vous faut savoir si cette particularité vous intéresse. Vous pouvez avoir retrouvé un embryon de collection ou un reste de trouvaille : retournez à Beaubourg pour vous familiariser avec la période, lisez les catalogues de références, classez vos monnaies, envisagez ce qui vous manque pour compléter l’ensemble, allez voir des numismates professionnels pour savoir si ce qui vous intéresse se trouve facilement - le marché numismatique est dans un tel état que ce n’est pas parce que des monnaies sont bon marché que l’on peut effectivement les trouver...).

Vous voulez commencer une collection sans avoir une idée préconçue ? Réfléchissez au budget que vous souhaitez dépenser : il y a des collections numismatiques passionnantes à tous les prix. Allez à Beaubourg et feuilletez les ouvrages : certains vous parleront plus que d’autres et vous fourniront des pistes. Allez voir des numismates professionnels et demandez-leur franchement conseil. Demandez-leur ce qu’ils collectionnent personnellement. Pensez à votre vécu personnel, la région dont vous êtes originaire, votre métier, votre famille, les lieux historiques que vous aimez... Collectionner, c’est créer des liens : ils ne seront jamais aussi forts que si vous les ancrez dans votre propre sensibilité. Ne mettez pas en avant la question de l’investissement : le bon investissement, c’est la cerise sur le gâteau. La farine, le sucre, les oeufs et la crème, c’est votre plaisir.


Comment présenter une collection ?

La présentation d’une collection numismatique est directement liée à sa valeur marchande : nous vivons une époque particulièrement civilisée où la crainte du cambriolage.... Si vous avez décidé de faire une collection bon marché de tous les types monétaires ayant circulé depuis deux siècles en état de conservation moyen et que vous êtes bricoleur, vous pourrez fabriquer un grand tableau mural dont vous comblerez les cases au fur et à mesure de vos achats et que vous pourrez montrer facilement à vos visiteurs. Par contre si vos ambitions sont plus grandes et vos finances mieux pourvues, la discrétion sierra à votre collection... à mon goût personnel, la plus belle salle des coffres de France est celle de la Société Générale, boulevard Haussmann, qui est d’ailleurs classée Monument Historique.

A éviter, sauf pour les enfants et les micro-collections, les classeurs de feuilles en plastique à tirettes. A proscrire : les pièces scotchées sur des feuilles en carton fort (il n’est plus possible de retourner la pièce !). Les plateaux vendus par les numismates professionnels présentent souvent très bien une collection mais sont mal adaptés si vos monnaies n’ont pas toutes le même diamètre. Ces plateaux peuvent habituellement être rangés facilement en coffre mais rendent la collection difficilement transportable. La meilleure solution en rapport coût/pratique est la pochette de papier blanc (très pratique pour noter les informations utiles) dans la boîte en carton très fort d’une section égale à la pochette.


FAIRE/NE PAS FAIRE

NE PAS FAIRE : nettoyer les pièces. Vus avez toutes les chances de les transformer en médaillettes de bijouterie. Ne dépassez pas le stade eau+savon sans demander conseil à plusieurs professionnels différents.

FAIRE : faîtes-vous l’oeil. Regardez le plus grand nombre de monnaies possibles, chez les professionnels, les amis, dans les musées, les foires.

NE PAS FAIRE : se laisser prendre aux “Prix exceptionnels”, “Affaire extraordinaire”, “Prix sacrifiés”, “Collectionneur vend sa collection”. Ce sont effectivement d’excellentes affaires, mais pour le vendeur, pas pour vous...

FAIRE : Annoncez à tous vos amis et relations votre nouvelle collection et profitez-en pour “expertiser” le contenu de leurs greniers, caves, tiroirs...

NE JAMAIS JAMAIS JAMAIS FAIRE : Acheter des monnaies fabriquées actuellement “pour collectionneurs”, quelque soit leur origine. Toute monnaie fabriquée dans ces conditions mettra au moins un bon siècle à trouver un marché et est usuellement sans aucun rapport avec l’Histoire puisqu’elle n’est pas utilisée par la population, n’a aucune légitimité sociale, ni historique. Prétendre comme le font les vendeurs que ces monnaies relèvent de la Numismatique est à la limite de l’escroquerie. Ces monnaies sont très jolies, très bien frappées, très bien gravées, mais ne vaudront pendant au moins un siècle que leur poids de métal. Comment reconnaître les monnaies fabriquées pour collectionneur ? Simple : il leur est fait de la publicité et elles ne sont pas destinées à circuler mais à remplir de votre argent les caisses des fabricants. Plus elles s’éloignent du modèle destiné à la circulation, plus elles trouveront difficilement un marché...

FAIRE : Lire non seulement des livres de Numismatique mais encore des livres historiques sur la période ou la région que vous collectionnez : la monnaie est le miroir de l’Histoire, faîtes réfléchir votre collection !

FAIRE : noter les provenances de vos pièces, les prix payés, les remarques diverses. Très pratique pour référencer sa collection et ne pas acheter deux fois la même pièce, surligner sur son argus la cote de la pièce : ceci vous renseignera immédiatement sur la pièce que vous avez et l’état de conservation de celle-ci.

FAIRE : Avoir de l’imagination dans le choix d’une collection : d’immenses domaines sont complètement négligés et bénéficient d’un rapport prix/rareté/intérêt historique très bon.


OU VOIR DES MONNAIES ?

Avant tout dans votre poche ! La numismatique du Franc est la collection la mieux répandue puisque tout le monde sans exception a une micro-collection dans sa poche qui peut parfois contenir - sans que le collectionneur le sache - des monnaies rares comme la 2F 1991 ou la 1F 1984. Pour des monnaies plus anciennes, vous pouvez visiter les deux Musées parisiens : la Monnaie de Paris, quai Conti, et le Cabinet des Médailles, rue Louvois dans les locaux de la Bibliothèque Nationale. Le premier est plus spécifique des monnaies françaises et le second présente plutôt des monnaies antiques, les deux sont passionnants. Pour les Francs, CGF, au 36, rue Vivienne, présente un grand tableau d’un exemplaire de tous les types de monnaies en francs et tente de tenir ce tableau le plus complet possible. Il est visible de l’extérieur et chaque type peut être montré individuellement sur demande. C’est la seule présentation publique existant des deux derniers siècles de Numismatique Française.


×